001_claudia-25-12-2016-004-180

« Le miroir noir »

Une femme se regarde dans la glace et, immédiatement, devant elle, une autre femme, identique, se détache nettement contre l’arrière-plan sombre comme la nuit : c’est le « miroir noir » de son moi secret.

Le miroir « blanc » et le miroir « noir » sont les deux faces de notre « moi ».

Le miroir blanc est clair, direct, extérieur et limpide comme une paroi blanche qui sans attendre se lève dans les regards superficiels et dans les jugements hâtifs et rapides des autres.
Le miroir noir reflet l’aspect caché de notre « moi » — le plus intime et secret — qui mûrit dans le devenir multiforme du temps et qu’on devine, parfois, grâce à d’étranges affinités.
Les deux miroirs, le noir et le blanc — chacun étant le « recto » ou le « verso » de l’autre — dépendent l’un de l’autre comme deux amis-ennemis inséparables.
Le premier, blanc, c’est la façon que nous adoptons pour nous montrer aux autres, c’est-à-dire comme nous nous habillons, parlons ou sourions ; le deuxième, noir, à la fonction de nous montrer comme nous voulons que les autres nous voient : un masque pour nous protéger ou alors une invention. Les deux images-miroir sont les deux faces de notre « moi ».

Une femme se regarde dans la glace et, immédiatement, devant elle, une autre femme, identique, se détache nettement contre un arrière-plan sombre comme la nuit : c’est le « miroir noir » de son moi secret… de ses pensées cachées, de ses désirs irréalisables, de ses doutes… et de ses rêves.

Il y a pourtant un troisième type de masque-miroir qui nous poursuit toujours, jusqu’au bout : la silhouette obscure et silencieuse de notre ombre…

Claudia Patuzzi