Mots-clefs

, , , ,

000_metro_passy-180

Contrastes :  « Deux femmes »

Pendant mon enfance et encore plus aux jours de mon adolescence, j’aimais observer les visages, les mains, les corps de chaque être humain. L’œil était mon phare : un rayon laser que j’utilisais de façon maladroite en dirigeant sa lumière blanche sur n’importe qui se trouvait à la portée de mon regard.
Avec les années, ce « don » est devenu une habitude toujours plus raffinée et complexe. Il me suffisait d’observer les plis d’une main sur la main-courante d’un bus pour deviner le visage et même le travail de cet être inconnu. Le bus était une espèce de leçon « visuelle » assaisonnée par la fantaisie et l’imagination…
« À quel métier se consacrait-elle cette femme négligée et lasse ? La femme de ménage, la femme au foyer, la mère ? Et cet homme aux lunettes de tortue ? Sans doute le comptable… »
Une habitude qui m’a accompagné jusqu’ici, dans le métro de Paris et de Londres, ou en avion…
Le métro de Paris est pour moi un observatoire unique au monde. Un grand film en couleurs, un immense volume de langues différentes, d’yeux, de bouches, de mains, le tout plongé dans un fourmillement de sensations, de voix, d’états d’âme, de chagrins et pensées invisibles…

001_contrasti-claudia-001-180

Dessin de Claudia Patuzzi, novembre 2016

La dernière fois que j’ai voyagé dans une rame de la ligne 7 du métro, j’ai été touchée par deux femmes assises en face de moi, l’une à côté de l’autre. Qu’est-ce qui attirait mon attention ? Pendant un instant, j’ai demeuré dans l’indécision, puis j’ai compris où était le lacet qui m’avait capturée : leur contraste !
La femme blonde et élégante à côté de la fenêtre plongeait dans la lecture d’un livre. Son visage paraissait attentif et serein, les yeux fixés sur les pages, les lèvres frémissantes dans un léger sourire de plaisir, tandis que son esprit et son corps détendu ne faisaient qu’un avec la trame du livre, se fondant dans un rêve unique…

002_contrasti-claudia-002-180

Dessin de Claudia Patuzzi, novembre 2016

Tout d’un coup, j’ai sursauté. Dans la place à côté, une femme aux cheveux noirs et aux yeux larmoyants était tout le contraire de sa voisine : elle semblait le chagrin personnifié ! L’image de la désolation et de la solitude ! Les yeux inquiets, pleins de tristesse. Je n’avais jamais vu un couple si mal assorti, si incompatible… Unique à ne jamais changer, à rester toujours le même, le métro ne cessait pas de se vider et se remplir d’êtres humains, tout en hurlant son cri de fer et caoutchouc sur les rails, au milieu de l’obscurité des tunnels et des lumières joyeuses des stations.
En ce moment-là, j’ai ressenti, violent, un point de côté dans la poitrine. Qu’est-ce qu’il m’arrivait ? Puis, d’emblée, j’ai compris : c’était le contraste entre le visage serein de la lectrice blonde et la grimace de douleur de cette femme brune, seule et désespérée devant moi.
« Le métro peut être un film » ai-je pensé, tout en descendant à Gare de l’Est, « rien qu’un film vrai et cruel comme la vie ! »

Claudia Patuzzi