Mots-clefs

001_yves bonnefoy 001 180                     Yves Bonnefoy, dessin de Claudia Patuzzi, cliquer l’image pour agrandir.

Les rainettes, le soir

I

Rauques étaient les voix
Des rainettes le soir,
Là où l’eau du bassin, coulant sans bruit,
Brillait dans l’herbe.

Et rouge était le ciel
Dans les verres vides,
Tout un fleuve la lune
Sur la table terrestre.

Prenaient ou non nos mains,
La même abondance.
Ouverts ou clos nos yeux,
La même lumière.

II

Ils s’attardaient, le soir,
Sur la terrasse
D’où partaient les chemins, de sable clair,
Du ciel sans nombre.

Et si nue devant eux
Était l’étoile,
Si proche était ce sein
Du besoin des lèvres

Qu’ils se persuadaient
Que mourir est simple,
Branche écarté pour l’or
De la figue mûre. (1)

Yves Bonnefoy

(1) Les planches courbes, La Pluie d’été, Poésie/Gallimard, Mercure de France, 2001, p. 11.

002_photo_bonnefoy - NOIR

Merci à Tamel ou Aunryz (@aunryz) pour cette belle « incrustation », où les vers
d’Yves Bonnefoy s’appuient sur mon esquisse… J’en suis vraiment touchée !