Mots-clefs

, , , , ,

001_autobus ricamato_72 - copie 3-DEF

Magda Sayeg, Bus, Mexique, 2008, street art, tricot urbain.

« Voyage en couleurs »

D’où vient-il cet étrange bus multicolore ? En regardant de près, ce tourbillon chromatique je découvre un enchevêtrement géométrique de laines aux couleurs différentes : l’auteur de ce chef d’œuvre est Magda Sayeg [Texas, USA ), considéré comme la figure de proue du mouvement du tricot urbain : « J’ai commencé en recouvrant de laine la poignée de la porte de ma boutique en 2005… J’ai commencé dans la rue… Je n’aurais jamais pensé que cette technique trouve un tel écho ; son attrait semble universel… L’art urbain est pétri d’inattendu et donne à voir l’environnement quotidien sous un jour nouveau : les arbres s’habillent de tricots rayés ou tricots graffitis et des oeuvres éphémères sont dessinées à la lumière… » (1)
Magda est une sorcière, capable de faire sortir son public potentiel de sa routine en suscitant sa curiosité ainsi qu’une véritable prise de conscience… « Grâce à ces petits événements, ce moyen d’expression devient une mise en scène, une série de rencontres… Le message politique peut aussi être transmis avec humour : recouverte d’un tricot coloré, une arme est instantanément neutralisée… » (2)

002_uomo pistolalana.72-JPG

Magda Sayeg, Statue avec pistolet : Bali, 2010, laine.

À propos de laine et de la couture, me revient à l’esprit un souvenir de l’école… Quand j’étais petite, à Roma, au début des classes moyennes, je haïssais les leçons de « économie domestique » de Madame Bufacchi, une maîtresse assez myope. En décembre, pendant plus que deux heures, elle nous obligeait à coudre et décorer par le « point de chaînette » une grande serviette pour en faire cadeau à nos mères, durant la Noël : un condensé préhistorique de la vision de la femme !
Je ne savais pas coudre ni tricoter, ou, mieux, je détestais cela. Pour survivre à cette torture, je me ratatinais dans un coin reculé de la classe, faisant semblant que j’avais dans la main une aiguille et un fil invisible, et je dessinais dans l’air des hiéroglyphes imaginaires… Quand je rentrais à la maison, ma mère cousait sur une serviette dépouillée de splendides lapins ou des fleurs de laine.
« Que tu es adroite ! » me disait la moustachue Bufacchi, tandis que je lui riais au nez.
Maintenant, par désespoir, je sais coudre les boutons et rapiécer les déchirures. Mais la laine… jamais !

003_torreeiffel.copie 18:72- copie - copie

Magda Sayeg, En face de la Tour Eiffel, Paris

Et voilà, beaucoup d’années depuis, ce magique lutin de la laine du Texas, tellement patient et presque millionnaire !
J’aime ce « Bus » mexicain, ainsi exubérant, païen et allègre, qu’elle a façonné et décoré en 2008 avec une patience et méticulosité infinie. C’est dans ce pullman que je voudrais faire des tours, en compagnie de chiens, de chats et de timides chèvres pour endiguer la rage et le chagrin d’aujourd’hui, pour éloigner la violence et l’incertitude écrasant nos cœurs. Ne me voyez-vous pas ? Je suis assise au bout, en train de regarder la route qui coule, comme la Marilyn de « Arrêt d’autobus » [3], en voyage avec le doux Virgile et son cow-boy à la naïveté enfantine…

004_saluto - copie

Don Murray et Marilyn Monroe en « Arrêt d’autobus » de Joshua Logan, 1956 

Adieu, mes chers amis, je vous enverrai une carte postale en laine colorée ! Sans doute, demain, nous aurons à nouveau le Soleil…

Claudia Patuzzi

005_pullman - copie

« Arrêt d’autobus » de Joshua Logan, 1956

(1) Riikka Kuittinen, « STREET CRAFT » – Guérilla Artistique , installations végétales, tricots urbains, œuvres lumineuses, sculptures miniatures et plus encore..
éditeur PYRAMYD, 2015 ; ÉDITION FRANÇAISE : Celine Remechido et Christelle Doyelle, traduction : Audrey Favre.

(2) Idem, Introduction, p.14

(3) « Arrêt d’autobus », film avec Marylin Monroe et Don Murray, dirigé par Joshua Logan (1956).