Étiquettes

, , , , , , , ,

001_TARGA GARIBALDI-180

Palais des Fata : plaque commémorative du séjour de Giuseppe Garibaldi (1-14 janvier 1949)

La chambre de Garibaldi I/IV n. 64deuxième partie, traduction et nouvelle adaptation de La stanza di Garibaldi, pp.245-249, Manni Editori, 2005, ISBN 88-8176-692-2. Le roman a été traduit en français sous le titre provisoire de Zérus – le soupir emmuré. Tous les droits sont réservés. Pour ce roman Claudia Patuzzi a été sélectionn pour le prix Strega 2006.

« De quelle chambre parlent-ils ? » s’interrogeait Ghislain. Il était mort de fatigue, il avait tellement sommeil, il avait mal aux pieds… « Mais pourquoi hurlaient-ils de cette manière ? » Maintenant, le silence ne lui semblait pas aussi mauvais.
— Le garçon, dans la chambre de Garibaldi ? Tu es sûr que c’est une bonne idée, Sirio ?
— Oui, maman. Il se sentira à l’aise.
— Elle est au dernier étage, comment va-t-il trouver le chemin ?
Santina entra avec le plat et les légumes: — Poulet rôti au citron et aux tomates! Elle s’approcha de Ghislain, et lui demanda aimablement : — Tu en veux ?
Ghislain regarda la jeune fille aux joues rougeâtres et saisit au fond de ses yeux un feu rebelle : cette bonniche se moquait de lui.
— Tu es prêtre ? lui demanda-t-elle, tandis que Niba l’esquivait discrètement.
— Comment fera-t-il pour trouver son chemin ? continuait la grand-mère qui de temps en temps allongeait la tête pour le surveiller.
— C’est dangereux là-haut. S’il se sent mal… soupira Céleste.
— Au quatrième étage, il y a les fantômes ! cria Nino enflammé.
— Ce n’est pas vrai… protesta timidement Céleste.
— Je les ai entendus. Les planches de bois grincent… hurla Henriette.
— Taisez-vous, incroyants ! Sebastiano se leva de sa chaise et regarda le plafond comme un possédé. — Je vous le dis moi, il y a quelque chose là-haut !
Tout le monde se tut, pétrifié.
— Qu’y a-t-il, là-haut ? murmura Celestino Fata se réveillant de sa léthargie.
— Il y a l’esprit de Garibaldi ! explosa Sebastiano en tapant du poing sur la nappe.
— Tais-toi Sebastiano ! soupira Teresa, tu fais peur au Petit-curé !
Tout le monde regardait Ghislain qui restait là, en silence, à côté de Niba.

002_Laboratorio-birra antique180jpeh

Ancien laboratoire pour la fabrication de la gazeuse, l’ascenseur et la distillerie (cliquer sur la photo pour l’agrandir)

— Nous allons l’aider, grand-mère, s’écrièrent Henriette et Nino en s’accrochant au cou de Céleste. — Tatie, dis-le-lui, toi ! Et ils l’embrassèrent.
— Mais oui, mais oui, conclut Niba, en coupant court à la discussion. Va dans la chambre de Garibaldi. Ça te convient, Ghislain ?
Ghislain inclina la tête sur le côté, il était en train de s’évanouir…
— Il a dit oui ! Henriette et Nino applaudirent.
— Je ne crois pas que cette chambre lui convienne. S’il doit aller aux toilettes, comment va-t-il faire ? dit Céleste.
— Il ira à l’étage du dessous, comme tout le monde, dit Sebastiano.
— Voilà les petits fours, mon Petit-curé. Ce sont des scroccafusi [1], dit Santina, en lui en mettant un dans la bouche. Mange-les, ça te fera du bien.
— Au lit, au lit ! Il doit aller dormir ! s’écria Orso.
Ce fut à ce moment-là que tout le monde s’aperçut qu’il était habillé en fasciste.
— Tu n’es pas très poli, Orso… Est-il possible que tu viennes manger dans cette tenue ?
— Dans quelle tenue, maman ?
— Avec la chemise noire !
— Cette chemise me plaît.
— Mais il se trouve que nous ne l’aimons pas…, dit Niba sur un ton menaçant.
— Tu veux dire toi ?
— J’ai dit : ça suffit, Orso !
— C’est Mussolini qui commande ! Ce n’est pas ma faute si je porte cette chemise !
— Si la Vierge t’entendait… murmura Céleste.
— Tais-toi Orso !
— Maman…
— J’ai dit : tais-toi ! Il y a un invité.
— Ton Mussolini a assassiné un tas de gens avant de prendre le pouvoir!
— Tais-toi Sebastiano !
— Ton grand-père était garibaldien ! C’était la seconde fois que Celestino Fata prenait la parole. Il aurait eu besoin de repos.
— Il y a même un petit-fils de Garibaldi au parti, trembla Orso.
— Mais notre Garibaldi n’a rien à faire avec lui ! riposta le vieillard calmement, tandis que la rougeur de son visage trahissait une forte émotion.
— La marche fasciste sur Rome de 1922 n’a pas été la même que celle de Garibaldi en 1859 ! intervint Sebastiano.

003_Laboratorio def 180

Ancien laboratoire: le moteur à gas et la machine pour la limonade (cliquer pour agrandir)

— Très Sainte Vierge… supplia Céleste.
À cet instant de la conversation, Niba toussa légèrement en attirant l’attention sur lui :
— Je voudrais savoir comment une chemise noire peut devenir rouge.
Orso, renfrogné, devint de pourpre et baissa les yeux.
— Toi tu ne dois jamais entrer dans cette chambre ! intervint Sebastiano en hurlant.
— Je vais y mettre le feu, moi !
— Mais tu l’entends, maman ? s’écria Sebastiano, les larmes aux yeux.
— Santina, dit Sirio d’une voix tranchante, amène le pousse-café.
— Maman, les fascistes ont massacré les gens de la côte, continuait Sebastiano sans parvenir à se contenir. Les yeux amoureux de sa mère ne pouvaient pas le calmer.
— Mais nous, nous sommes dans une province blanche, n’est-ce pas ? Nous ne nous salissons pas les mains, nous ne prenons aucun risque !
Tout le monde regarda Bartolomeo, qui semblait sortir d’un rêve :
— Pourvu qu’on mange, nous sommes toujours contents de ce que nous avons, n’est-ce pas ?
— Que dis-tu, Bartolomeo ? Teresa regardait, inquiète, les cernes noirs sous ces yeux bleus. Pourquoi ne dormait-il jamais la nuit ? Que faisait donc ce fils empoisonné, la nuit ?
— Je dis, maman, que c’est le Rubicon, et non le Tronto, la vraie limite entre les deux Italie, la pauvre et la riche.
Teresa secoua la tête : — Nous sommes pour l’Église et la Monarchie. En 1926, au congrès national de la FUCI [2] des bandes de fascistes turbulents sont venues menacer le délégué du Pape, Monseigneur Montini.
— C’est vrai… Rappelle-toi Niba ! Déjà, pendant l’été 1922, les fascistes avaient incendié la Maison du peuple et la bibliothèque ! continua Sebastiano, poursuivant un souvenir parmi les plus chers à sa mémoire… Ce fut alors qu’ils marchèrent jusqu’au Palais…
—…Et nous, nous les avons repoussés avec de l’eau de Seltz ! l’interrompit Niba en souriant de manière étrange. Il était rentré dans le rôle du grand narrateur : — Les fascistes sont arrivés devant la porte cochère. Nous étions juste derrière la porte avec les ouvriers, armés de bouteilles de limonade et d’eau de Seltz. Tu y étais aussi, Orso !
— Raconte, raconte ! exhortait Celestino Fata.
— Ils hurlaient en agitant des barres de fer, avant de flanquer des coups de pied et de gourdins contre la porte qui s’ouvrit bruyamment… Ils se trouvèrent face à nous, tous en ligne, avec nos réserves de boissons gazeuses qu’une usine allemande aurait pu nous envier. Les boulets en verre de la limonade aveuglèrent quelques yeux, tandis que l’eau de Seltz causa des douches froides. Dix minutes plus tard, trempés jusqu’aux os, les assiégeants s’en allèrent…
— Arrête !
— Qu’est-ce que tu veux, Orso ? On n’est pas libre de parler chez soi ? renchérit Sebastiano.
— Assez ! C’est Dieu qui juge ! Par ces mots, Sirio s’était levé, faisant cesser la discussion. Puis, en tournant la tête vers la cuisine, hurla : — Santina, la pomme cloutée !
Henriette s’approcha de Ghislain et lui susurra à l’oreille :— Oncle Sirio veut qu’on plante des clous dans la pomme à lui ! Il dit que c’est pour le fer.
— Et pourquoi il boit de l’eau distillée ? demanda Ghislain.
— Parce qu’il déteste les impuretés.

005_Libro stanza di Garibaldi-180

(cliquer sur la photo pour l’agrandir)

Claudia Patuzzi


[1]  Biscuit aromatisé de liqueur de Macerata dans les Marches, préparé dans la période du carnaval.

[2]   Fédération universitaire catholique italienne, créée en 1896.