Un ange pour Francis Royo

Mots-clefs

Claudia Patuzzi, Un ange pour Francis Royo, 2017

Un ange pour Francis Royo (1)

Le temps d’un instant, hélas
le ciel est devenu noir,
l’air, une plaque de verglas
s’est alourdi de larmes sans espoir.

Suspendus sur les branches
la tête cachée sous les ailes
les oiseaux se sont tus
quand soudain, au bout de l’étang
un Cœur brisé a cessé d’animer
par ses portes son sang.

Au secours ! Aux bords de l’univers,
dans un tourbillon d’atômes vagabonds,
Francis Royo a quitté ses vers !

Chez nous
l’écho de sa voix de miel
retentit dans le vol léger
des pissenlits, dans la sève
des arbres, à l’abri d’un ciel
infini, effleurant, tel un rêve
l’onde inconnue d’une mer mère.

Dans le noir sidéral
il ne cesse guère
de nous sourire, en voltigeant
parmi les bribes acérées
des firmaments en fuite
en côtoyant, telle une étoile filante
toutes les tragédies du monde.

D’un côté à l’autre du Cosmos
elles dansent ses envies sublimes
confiant aux amis plus intimes
l’ élan généreux de ses mots :

« N’ayez pas peur de briser la surface !
Passez-vous de la nostalgie !
L’univers des poètes est bien loin de s’évanouir
je vous y garderai une place
pour ne pas mourir ! »

Claudia Patuzzi

(1) J’avais écrit ces vers au lendemain de la disparition de Francis Royo. Je ne cesse d’être touchée par la beauté de ses poésies, dont je découvre au fur et à mesure de nouvelles merveilles, et j’avoue que la personnalité à la fois discrète et énergique de cet homme extraordinaire me manque énormément. Je demande donc pardon pour la simplicité de mes sentiments d’il y a un an que je laisse à leur abrupte spontanéité.
C.P.

Traduction en français de Giovanni Merloni

Jugez si c’est un homme (Dessins et caricatures n. 46)

Mots-clefs

Primo Levi, dessin de Claudia Patuzzi, avril 2017

L’accostage (1)

Heureux l’homme qui a atteint le port,
Ayant laissé derrière lui les mers et les tempêtes,
Ses rêves déjà morts ou jamais nés,
Et s’assied boire au bistrot de Brème,
Auprès de la cheminée, avec bonne paix.
Heureux l’homme devenu une flamme éteinte,
Heureux l’homme devenu le sable de l’estuaire,
Ayant déposé son charge et nettoyé son front,
Et repose aux marges du chemin.
Il n’a pas de crainte ni d’espoir ou d’attente,
Mais il regarde fixement le soleil qui se couche.

Primo Levi
(Traduction de Giovanni Merloni)

Paris, place de la République, avril 2017

Jugez si c’est un homme (2)

Vous qui vivez sûrs
Dans vos maisons tièdes,
Vous qui rentrant au soir trouvez Le ciel chaud et des visages amis :

Jugez si c’est un homme
Celui qui travaille dans la boue
Qui ne sait pas ce que c’est la paix
Qui lutte pour un demi pain
Qui meurt pour un oui ou pour un non. Jugez si c’est une femme,
Celle qui n’a pas de cheveux ni de nom Qui n’a plus la force de se souvenir Les yeux vides et le ventre froid
Telle une grenouille en hiver.

Réfléchissez que cela est arrivé :
Je vous consigne ces mots.
Sculptez-les dans votre coeur
Demeurant à la maison marchant dans la rue Vous couchant vous levant ;
Répétez-les à vos enfants.

Ou alors que votre maison se défasse,
Que la maladie vous empêche,
Que vos nés détournent de vous leur visage.

Primo Levi
(Traduction de Giovanni Merloni)

(1) Primo Levi, L’approdo
Felice l’uomo che ha raggiunto il porto,/ Che lascia dietro di sè mari e tempeste,/ I cui sogni sono morti o mai nati,/ E siede a bere all’osteria di Brema,/ Presso al camino, ed ha buona pace./ Felice l’uomo come una fiamma spenta,/ Felice l’uomo come sabbia d’estuario,/ Che ha deposto il carico e si è tersa la fronte,/ E riposa al margine del cammino./ Non teme né spera né aspetta,/ Ma guarda fisso il sole che tramonta.

(2) Primo Levi, Considerate se questo è un uomo
Considerate se questo è un uomo/ Voi che vivete sicuri/ Nelle vostre tiepide case,/Voi che trovate tornando di sera Il cielo caldo e visi amici :// Considerate se questo è un uomo/ Che lavora nel fango/
Che non conosce pace/ Che lotta per mezzo pane/ Che muore per un sì o per un no./ Considerate se questa è una donna,/ Senza capelli e senza nome/ Senza più forza di ricordare/ Vuoti gli occhi e freddo il grembo/ Come una rana d’inverno.// Meditate che questo è stato :/ Vi comando queste parole./ Scolpitele nel vostro cuore/ Stando in casa andando per via/ Coricandovi alzandovi ;/ Ripetetele ai vostri figli.// O vi si sfaccia la casa,/ La malattia vi impedisca,/ I vostri nati torcano il viso da voi.

« Le petit éléphant et la feuille » (Dessins et caricatures n. 45)

Mots-clefs

, , , , ,

lelefante-e-la-foglia-001-180 Claudia Patuzzi, collage 2017

« Le petit éléphant et la feuille »

Le 11 février de ce froid 2017, lors d’un moment de mauvaise humeur, tandis que j’étais en train de ranger mon bureau et son chaos assez coriace, j’ai trouvé, parmi plusieurs coupures de journal, l’image (1) d’un petit éléphant qui essaie avec peine de dégager ses pattes juvéniles d’un pantalon gris tout chiffonné et, tout d’un coup, j’ai eu l’impulsion irrésistible de faire un collage : dans ses yeux jeunes, il y avait quelque chose qui me donnait une profonde sérénité ainsi qu’un formidable bien-être…
De quoi s’agissait-il, au juste ? J’ai compris ensuite qu’il y avait en lui un manque absolu d’agressivité : son regard, en contraste avec son poids, était léger et doux comme celui d’un enfant ! Combien différent et éloigné vis-à-vis des regards enragés ou malheureux de notre « temps méchant » !
Automatiquement, sans réfléchir, j’ai filé prendre un cahier que je n’ouvrais pas depuis trois ans, où je garde jalousement des fleurs et des petites plantes séchées de Bretagne et Saint-Malo. C’était comme si le petit éléphant voulait m’y conduire avec la joie naïve de ses yeux, avec son « étrange légèreté ».
Dans le cahier, j’ai trouvé deux feuilles séchées : sur la pointe de la trompe, j’ai posé une feuille ronde, ressemblant à une hostie, ayant une branche subtile et légère pour accompagner dignement le geste subtil et léger du petit éléphant ; à ses pieds, j’ai posé une autre feuille dentelée et finement ourlée, plus grande, ayant la couleur chaude de l’automne. Puis, j’ai pris une autre petite plante séchée, longue et étroite, riche de petites fleurs violettes… Et voilà, mon petit éléphant prend vie, petit à petit, au milieu des couleurs, avec un melon noir sur la tête que je lui ai dessiné !
Avec quel résultat ?
Chaque fois que je le regarde, je suis heureuse.
Ce vieux pantalon humain, chiffonné et gris, ce n’est qu’un vieux et lourd placenta dont on doit se libérer pour retrouver au fond de nous-mêmes la simplicité de la vie, sa saveur toujours neuve même si souvent elle est amère !

Claudia Patuzzi

(1) dans le Magazine du « Monde »

« Le miroir noir » (Dessins et caricatures n. 44)

001_claudia-25-12-2016-004-180

« Le miroir noir »

Une femme se regarde dans la glace et, immédiatement, devant elle, une autre femme, identique, se détache nettement contre l’arrière-plan sombre comme la nuit : c’est le « miroir noir » de son moi secret.

Le miroir « blanc » et le miroir « noir » sont les deux faces de notre « moi ».

Le miroir blanc est clair, direct, extérieur et limpide comme une paroi blanche qui sans attendre se lève dans les regards superficiels et dans les jugements hâtifs et rapides des autres.
Le miroir noir reflet l’aspect caché de notre « moi » — le plus intime et secret — qui mûrit dans le devenir multiforme du temps et qu’on devine, parfois, grâce à d’étranges affinités.
Les deux miroirs, le noir et le blanc — chacun étant le « recto » ou le « verso » de l’autre — dépendent l’un de l’autre comme deux amis-ennemis inséparables.
Le premier, blanc, c’est la façon que nous adoptons pour nous montrer aux autres, c’est-à-dire comme nous nous habillons, parlons ou sourions ; le deuxième, noir, à la fonction de nous montrer comme nous voulons que les autres nous voient : un masque pour nous protéger ou alors une invention. Les deux images-miroir sont les deux faces de notre « moi ».

Une femme se regarde dans la glace et, immédiatement, devant elle, une autre femme, identique, se détache nettement contre un arrière-plan sombre comme la nuit : c’est le « miroir noir » de son moi secret… de ses pensées cachées, de ses désirs irréalisables, de ses doutes… et de ses rêves.

Il y a pourtant un troisième type de masque-miroir qui nous poursuit toujours, jusqu’au bout : la silhouette obscure et silencieuse de notre ombre…

Claudia Patuzzi

Maintenir les hommes dans une constante insatisfaction d’eux-mêmes… (Dessins et caricatures n. 43)

Mots-clefs

, ,

001_vargas-llosa-001180

Maintenir les hommes dans une constante insatisfaction d’eux-mêmes…

L’écrivain péruvien Mario Vargas Llosa (« La tante Julia et le scribouillard », « La Maison verte »…) avec le Colombien Gabriel Garcia Marquez (« Cent ans de solitude ») et la Chilienne Isabel Allende (« La maison aux esprits », « Paula »…) ont été et seront toujours, pour moi, un trio fascinant et inséparable ainsi que des compagnons de vie capables de « tisser » des histoires envoûtantes et douloureuses au sujet de leurs pays : une espèce de « scanner » magique apte à dévoiler l’essence de tout être humain, dans le bien et dans le mal, dans la raison et dans la folie, une psychanalyse du Pérou et de la société latino-américaine par le biais de mots que je ne cesse pas d’avaler comme s’ils étaient fondus dans le chocolat amer….

Ce dessin au crayon de Mario Vargas Llosa jaillit d’une photo de l’écrivain péruvien parue lundi 7 mars 2016 sur Libération (1) soigneusement gardée dans un classeur. D’un coup, hier, la photo a repris vie et ma main est partie toute seule : d’abord, le contour du visage ; ensuite les cheveux, enfin les yeux noirs comme de la poix, à peine visibles sous les poids des paupières… comme si je connaissais depuis longtemps ce visage et ces yeux sombres et pensifs.
Voilà un extrait de son discours en l’occurrence du Prix Romulo Gallegos, en 1967. Des mots qui ont fait sursauter mon cœur : « La mission de la littérature est d’agiter, inquiéter, alarmer, maintenir les hommes dans une constante insatisfaction d’eux-mêmes… Plus les écrits d’un auteur sont durs pour son pays, plus intense sera la passion qui unit l’un à l’autre. Car, dans le monde de la littérature, la violence est une preuve d’amour. » (2)

Claudia Patuzzi

(1) L’article sur « Libération » a été traduit de l’espagnol par Philippe Lançon.
(2) Les œuvres romanesques de Vargas Llosas, sous la direction de Stéphane Michaud, ont été réunies dans la « Pléiade » par Gallimard (2 tomes) et traduites de l’espagnol par Albert Bensoussan, Anne-Marie Casé et Bernard Lesfargues.

Contrastes : « Deux femmes » (Dessins et caricatures n. 42 )

Mots-clefs

, , , ,

000_metro_passy-180

Contrastes :  « Deux femmes »

Pendant mon enfance et encore plus aux jours de mon adolescence, j’aimais observer les visages, les mains, les corps de chaque être humain. L’œil était mon phare : un rayon laser que j’utilisais de façon maladroite en dirigeant sa lumière blanche sur n’importe qui se trouvait à la portée de mon regard.
Avec les années, ce « don » est devenu une habitude toujours plus raffinée et complexe. Il me suffisait d’observer les plis d’une main sur la main-courante d’un bus pour deviner le visage et même le travail de cet être inconnu. Le bus était une espèce de leçon « visuelle » assaisonnée par la fantaisie et l’imagination…
« À quel métier se consacrait-elle cette femme négligée et lasse ? La femme de ménage, la femme au foyer, la mère ? Et cet homme aux lunettes de tortue ? Sans doute le comptable… »
Une habitude qui m’a accompagné jusqu’ici, dans le métro de Paris et de Londres, ou en avion…
Le métro de Paris est pour moi un observatoire unique au monde. Un grand film en couleurs, un immense volume de langues différentes, d’yeux, de bouches, de mains, le tout plongé dans un fourmillement de sensations, de voix, d’états d’âme, de chagrins et pensées invisibles…

001_contrasti-claudia-001-180

Dessin de Claudia Patuzzi, novembre 2016

La dernière fois que j’ai voyagé dans une rame de la ligne 7 du métro, j’ai été touchée par deux femmes assises en face de moi, l’une à côté de l’autre. Qu’est-ce qui attirait mon attention ? Pendant un instant, j’ai demeuré dans l’indécision, puis j’ai compris où était le lacet qui m’avait capturée : leur contraste !
La femme blonde et élégante à côté de la fenêtre plongeait dans la lecture d’un livre. Son visage paraissait attentif et serein, les yeux fixés sur les pages, les lèvres frémissantes dans un léger sourire de plaisir, tandis que son esprit et son corps détendu ne faisaient qu’un avec la trame du livre, se fondant dans un rêve unique…

002_contrasti-claudia-002-180

Dessin de Claudia Patuzzi, novembre 2016

Tout d’un coup, j’ai sursauté. Dans la place à côté, une femme aux cheveux noirs et aux yeux larmoyants était tout le contraire de sa voisine : elle semblait le chagrin personnifié ! L’image de la désolation et de la solitude ! Les yeux inquiets, pleins de tristesse. Je n’avais jamais vu un couple si mal assorti, si incompatible… Unique à ne jamais changer, à rester toujours le même, le métro ne cessait pas de se vider et se remplir d’êtres humains, tout en hurlant son cri de fer et caoutchouc sur les rails, au milieu de l’obscurité des tunnels et des lumières joyeuses des stations.
En ce moment-là, j’ai ressenti, violent, un point de côté dans la poitrine. Qu’est-ce qu’il m’arrivait ? Puis, d’emblée, j’ai compris : c’était le contraste entre le visage serein de la lectrice blonde et la grimace de douleur de cette femme brune, seule et désespérée devant moi.
« Le métro peut être un film » ai-je pensé, tout en descendant à Gare de l’Est, « rien qu’un film vrai et cruel comme la vie ! »

Claudia Patuzzi

« La Parabole de l’Amour » (Histoires drôles n. 46)

Mots-clefs

001_amore crescente claudia001 180 Renzo Bussotti, 1967

« La Parabole de l’Amour »

À côté de l’interrupteur près de la porte de mon bureau parisien, je garde, avec soin et affection, une petite histoire sous verre, avec la reproduction (s’agit-il d’une xylographie ?) d’un dessin à l’encre que j’avais découpé, il y a des années, depuis une revue italienne.
Le mot « AMORE » en est le protagoniste : il paraît 11 fois — de plus en plus marqué et noirâtre — sur la bouche de 11 personnages.
Le premier personnage est un jeune désargenté. Très maigre et sincère, il sait bien qu’à sa belle il ne pourra offrir que lui-même. Rien d’autre que lui. Le deuxième, un peu plus digne, saisit avec la main la plus simple des fleurs, une marguerite…
Avec le troisième personnage, le climat change tout à fait : à la place du jeune homme, il y a un adulte au regard impudent, tandis qu’à la place de la fleur il y a un beau canard bien nourri !
Mais, au fur et à mesure qu’avance la procession des « porteurs du mot Amour », les « soupirants » se transforment en « prétendants », devenant petit à petit gros, âgés, chauves, horribles et cyniques.
Le cinquième porte dans une main un bouquet de fleurs et serre dans l’autre un couteau ; le sixième a une bouteille de vin dans la gauche et deux grosses bagues dans la droite ; le septième, ayant une circonférence déjà plus importante, porte dans les deux mains six bagues ; le huitième personnage, arborant un cigare, perd les cheveux tandis que son embonpoint est encore plus épais ; le neuvième, presque chauve, soutient, d’un sourire moqueur, son ventre gigantesque de deux mains baguées ; le dixième aiguise deux couteaux ; le dernier est une énorme boule de lard sur le point d’exploser. Il n’y a pas d’échappatoires : on manipule le mot « amore » pour des buts économiques jusqu’à ce qu’il soit englouti par le gras de l’avidité et du pouvoir !
Cet incroyable dessin de Renzo Bussotti, peintre dessinateur florentin (1925-2004), semble incarner en avance la dernière métamorphose, la plus horrible, touchant l’élite politique italienne et son peuple : un consumérisme ainsi qu’un pragmatisme impitoyable que les froides lois du marché et les groupes dirigeants alimentent progressivement. Un manque de scrupules qui s’étend au jour le jour, hélas, à nombre de mes compatriotes, finalement corrompus par des métamorphoses de plus en plus effrontées ainsi que par les abus de pouvoir et les fausses illusions !
(S’il y avait un douzième personnage, il devrait exploser…)

Claudia Patuzzi

Adieu, Yves Bonnefoy ! (Dessin et caricatures n. 41)

Mots-clefs

001_yves bonnefoy 001 180                     Yves Bonnefoy, dessin de Claudia Patuzzi, cliquer l’image pour agrandir.

Les rainettes, le soir

I

Rauques étaient les voix
Des rainettes le soir,
Là où l’eau du bassin, coulant sans bruit,
Brillait dans l’herbe.

Et rouge était le ciel
Dans les verres vides,
Tout un fleuve la lune
Sur la table terrestre.

Prenaient ou non nos mains,
La même abondance.
Ouverts ou clos nos yeux,
La même lumière.

II

Ils s’attardaient, le soir,
Sur la terrasse
D’où partaient les chemins, de sable clair,
Du ciel sans nombre.

Et si nue devant eux
Était l’étoile,
Si proche était ce sein
Du besoin des lèvres

Qu’ils se persuadaient
Que mourir est simple,
Branche écarté pour l’or
De la figue mûre. (1)

Yves Bonnefoy

(1) Les planches courbes, La Pluie d’été, Poésie/Gallimard, Mercure de France, 2001, p. 11.

002_photo_bonnefoy - NOIR

Merci à Tamel ou Aunryz (@aunryz) pour cette belle « incrustation », où les vers
d’Yves Bonnefoy s’appuient sur mon esquisse… J’en suis vraiment touchée !

Une porte très étroite (Dessins et caricatures n. 40)

Mots-clefs

, ,

001_la porte très étroite 001 180

Dessin à feutre ( cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Une porte très étroite

Ce croquis a pointé à l’improviste, dans un petit carnet envahi par des notes, des noms, des listes pour les courses. D’abord, j’ai dessiné la porte, puis l’escalier, enfin ces personnages jaillissant de partout. Nos immigrés !
Le rouge représente la vie, la rencontre et l’échange, tandis que le noir c’est la peur, la méfiance et l’incertitude…

Claudia Patuzzi